Médias et émancipation

Sous la direction de Laurent Etre, journaliste à l’Humanité, membre de la rédaction de La Pensée et du Conseil scientifique de la Fondation.

La séance se tiendra :
le mercredi 25 mai 2016 à 18h30

Espace Oscar Niemeyer, salle 25
2 place du Colonel Fabien (entrée avenue Mathurin Moreau)
75019 Paris

Inscription : inscription@gabrielperi.fr

Avec Milad Doueihi, historien des religions, auteur notamment de « Pour un humanisme numérique » (Seuil, 2011),
sur le thème : Le numérique, un nouveau matérialisme ?

Présentation :

Au début des années 70, les sociologues Daniel Bell et Alain Touraine théorisent l’entrée dans une « société postindustrielle », dont la caractéristique essentielle, selon eux, se trouve dans la subordination du matériel (matières-premières et machines) à l’immatériel (information et connaissance). Aujourd’hui encore, la culture numérique est régulièrement associée à l’idée d’une dématérialisation de nos activités, à commencer par la production des biens et des services. Certains s’en réjouissent, d’autres s’en alarment. Mais quelle est la validité, la pertinence de cette idée ?

Plus qu’une entrée dans un âge de l’immatériel, la culture numérique n’est-elle pas surtout synonyme de nouveaux rapports entre l’homme et la machine, où celle-ci apprend de l’humain et, du coup, le façonne ? Un tel « matérialisme numérique » n’a rien d’inquiétant, du moment qu’il fonctionne en lien avec un nouvel humanisme, capable de nous prémunir contre les tendances visant la réduction du numérique comme lieu de sociabilité à la pure calculabilité de l’informatique.

C’est à cet effort que nous convie le philosophe Milad Doueihi. Historien des religions, devenu expert du numérique en quelque sorte «par accident», il développe depuis des années une réflexion originale pour cerner les mutations culturelles induites par nos activités en ligne.

----

Les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), par leur action sur les modalités du savoir, de la culture et de politique, ne servent pas automatiquement, loin s’en faut, l’émancipation humaine. Elles ouvrent même des possibilités décuplées de manipulation des esprits.
Des usages médiatiques tournés vers l’émancipation s’inventent, à tâtons. Leur développement suppose des citoyens conscients, capables d’identifier et de neutraliser les usages qui participent au contraire de la reproduction de l’ordre établi. C’est à cet effort que notre séminaire voudrait contribuer modestement, en associant des philosophes, des sociologues des médias, et des chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

La présentation complète du séminaire sur le site de la Fondation : http://www.gabrielperi.fr/présentation-du-séminaire.html

 


Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr