Médias et émancipation

Sous la direction de Laurent Etre, journaliste à l’Humanité, rédacteur en chef adjoint de La Pensée et membre du Conseil scientifique de la Fondation.

La quatrième séance du séminaire se tiendra le mercredi 28 septembre 2016 à 18h30

Espace Oscar Niemeyer, salle 25 (1er sous-sol)
2, place du Colonel Fabien (entrée 6 av. Mathurin Moreau), 75019 Paris
Métro Colonel Fabien (ligne 2)

Inscription : inscription@gabrielperi.fr

 

Avec Jean Lojkine, sociologue, qui a publié récemment «La révolution informationnelle et les mouvements sociaux»* (éditions du Bord de l’eau, 2016), 
sur le thème : Quelle alliance de classe pour la révolution informationnelle ?

Présentation :

La révolution informationnelle est riche de potentialités émancipatrices. Le partage de l’information, l’enrichissement de son contenu par les internautes au travers d’échanges non marchands entrent en conflit avec les critères capitalistes d’évaluation (rentabilité, productivité...).

Mais précisément pour cette raison, «le capitalisme a transformé ces possibilités de démocratie directe, de partage, de développement de la personnalité en une division élitiste entre une minorité de décideurs-concepteurs et une masse d’exécutants, même s’ils sont eux aussi très qualifiés», avance Jean Lojkine dans son dernier ouvrage.

Autrement dit, la concrétisation des potentialités émancipatrices de la révolution informationnelle n’a rien d’automatique. Il s’agit au contraire d’un combat politique de longue haleine. Et celui-ci suppose la construction d’une nouvelle alliance de classe, à partir de l’analyse des clivages qui traversent le monde du travail. Ces mêmes clivages que d’aucuns, à l’instar du théoricien du «capitalisme cognitif», Toni Negri, tentent d’escamoter en se référant au concept ambigu de «multitude»...

 

http://www.gabrielperi.fr/la-révolution-informationnelle-et-les-nouveaux-mouvements-sociaux,-jean-lojkine.html

----

Les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), par leur action sur les modalités du savoir, de la culture et de politique, ne servent pas automatiquement, loin s’en faut, l’émancipation humaine. Elles ouvrent même des possibilités décuplées de manipulation des esprits.
Des usages médiatiques tournés vers l’émancipation s’inventent, à tâtons. Leur développement suppose des citoyens conscients, capables d’identifier et de neutraliser les usages qui participent au contraire de la reproduction de l’ordre établi. C’est à cet effort que notre séminaire voudrait contribuer modestement, en associant des philosophes, des sociologues des médias, et des chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

La présentation complète du séminaire sur le site de la Fondation : http://www.gabrielperi.fr/présentation-du-séminaire.html

 


Consultez le média associé

Interview de Jean Lojkine, septembre 2016

Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr