Les Cahiers de Santé - Octobre 2012

"Être réaliste, mesurer les difficultés, vouloir le succès du « changement ». Certes nous y sommes prêts. Mais chacun mesure bien qu’il y a loin de la coupe aux lèvres et surtout des paroles aux actes. Toutes les décisions concrètes d’importance du nouveau gouvernement tournent le dos aux attentes. Des décisions ou des demi décisions voire des renoncements s’enchaînent et finalement aggravent la situation. Prenons l’exemple des honoraires libres. On a peur d’affronter les libéraux et on ne veut pas mettre d’argent pour revaloriser les honoraires conventionnels de base ; alors on fait de la morale : on veut juste condamner ceux qui dépassent trop … Donc on affiche une norme morale qui dit qu’au-delà de 150 %, les dépassements sont abusifs. Cette norme est très au-dessus de ce que pratiquait déjà la plupart des médecins du secteur II. Conclusion, nous aurons une augmentation des honoraires libres puisque chacun se sentira au dessous du maximum autorisé. La situation sera pire qu’avant ! On peut comprendre la colère qu’exprimeront ceux qui, pour favoriser l’accès aux soins, respectent la convention. Ils se sentiront floués.

Les restes à charge des familles restent… Ils portent bien leur nom. Les mutuelles seront officiellement autorisées à pratiquer la sélection (...)

L’inquiétude va se transformer un jour en colère. Mouvement social ? Ou recul des systèmes démocratiques français et européen ? Rien n’est écrit mais François Hollande joue gros ; sa responsabilité sera historique. Les Cahiers ont vocation à informer, à proposer, à permettre l’échange. Ils sont du côté du changement espéré en mai. Pas du renoncement ni de la fatalité des trahisons.

Dr Michel Limousin, 
Rédacteur en chef

SOMMAIRE

Éditorial : Inquiétude, voire plus ?, Dr Michel Limousin (p.7)

Articles :

  • Une charte de privatisation du Service national de santé en Angleterre, John Lister (p.9)
  • Fiscalisation ou cotisation ?, Interviews croisées de Frédéric Pierru & de Frédéric Rauch (p.14)
  • « Fusion et regroupement hospitaliers : quel bilan pour les 15 dernières années ? » Un rapport de l’IGAS aux aspects contradictoires, Jean-Luc Gibelin, Directeur hospitalier (p.22)
  • Euthanasie : le point de vue et l’engagement de deux soignantes, Mmes Caro & Gimeno (p.28)
  • La santé au travail, la médecine du travail, Dr Nadine Khayi-Palat (p.32)
  • Deux ans de mémorandum et d’une politique de santé sauvage et de classe : Éliminons-les avant qu’ils nous tuent !, Dr Théodore Zdoukos, Médecin Directeur Général, section A du Système National de Santé (p.39)
  • Note sur la Grande conférence sociale de juillet 2012 : Changement de méthode, mais ambiguïté, contradictions et limites des réformes proposées., Mme Catherine Mills (p.42)
  • Les orientations de la FNARS pour repenser les politiques de solidarité, Stéphane Delaunay, responsable de la communication et Matthieu Angotti, Directeur général de la FNARS (p.53)
  • Des banques qui s’enrichissent sur le dos des hôpitaux !, Dr Michèle Leflon, Vice-Présidente de la Région Champagne-Ardenne (p.58)
  • Vers un cadre d’exercice moderne pour la médecine de premier recours, Dr Alain Beaupin, Président de la Confédération des syndicats de médecins salariés non hospitaliers (p.61)
  • Note relative à la branche AT/MP, M. Christophe Rondel, Économiste de la santé, Attaché parlementaire (p.65)
  • Billet d’humeur : Tout enfant est légitime., Dr Michel Limousin, Médecin à Malakoff (p.67)
  • Quels modèles économiques et institutionnels pour les centres de santé ? Une contribution des professionnels de santé des centres de santé (p.68)
  • Nous n’avons le choix qu’entre le chaos universel et la Sécurité sociale universelle !, Interview de Liliane Croizat, Pierre Caillaud-Croizat, Bernard Lamirand, métallurgiste,Bruno Guérard, ancien inspecteur du travail & Manifeste pour une Sécurité sociale universelle (p.79)

Les notes de lecture (p.85) 
Le courrier des lecteurs (p.89) 
Les documents (p.91)

 

Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr