Le progrès scientifique : un exemple du CERN (Centre européen pour la Recherche nucléaire) comme antidote à TINA (There Is No Alternative)

Le mercredi 18 décembre 2013 à 18h30 à l’Hôtel Mercure Paris-Porte de Pantin

 Gilles Cohen-Tannoudji, physicien, chercheur émérite du Laboratoire des Recherches sur les Sciences de la Matière (LARSIM) du CEA (Saclay),
est intervenu sur le thème

Le progrès scientifique :
un exemple du CERN (Centre européen pour la Recherche nucléaire) comme antidote à TINA (There Is No Alternative)

La crise systémique dans laquelle est plongée l’économie mondiale, la perspective d’épuisement des ressources énergétiques et les inquiétantes prémisses du changement global du climat font craindre la survenue, à l’échelle mondiale, de convulsions comparables à celles qui ont marqué la première moitié du XXe siècle.

Qu’une organisation internationale comme le CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire), fondée au lendemain des drames de deux guerres mondiales avec comme seule finalité le progrès des connaissances humaines, ait réussi à relever les redoutables défis de la recherche de la particule dont la découverte a été annoncée en juillet 2012, n’est-ce pas un facteur d’espoir dans la capacité des civilisations humaines de refuser la fatalité et de surmonter les crises aussi graves soient-elles ?

Pour reprendre une expression utilisée par Louise Gaxie et Alain Obadia dans leur beau livre Nous avons le choix !, on s’aperçoit que le fonctionnement et la stratégie du CERN font la preuve qu’il est possible de refuser l’injonction thatcherienne et néolibérale « TINA » (There Is No Alternative).


Consultez le média associé

Conférence de Gilles Cohen-Tannoudji

Conférence de Gilles Cohen-Tannoudji

Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr