Le contre-pouvoir étudiant au Burkina Faso.

Ce livre de Lila Chouli porte sur le contre-pouvoir étudiant de l’Association nationale des étudiants burkinabè, syndicat historique majoritaire, face à l’usage de la violence d’État et à la disciplinarisation du campus de Ouagadougou de 1990 à 2011. Il documente la réalité d’un régime, celui de Blaise Compaoré, fondé sur la répression de toute opposition, et témoigne de l’ampleur des mobilisations étudiantes pour les libertés démocratiques, contre la dégradation des conditions de vie à l’université et l’application des programmes d’ajustement structurel dans l’enseignement supérieur, à partir des années 1990.
Ce travail minutieux rend compte du profond malaise et du long mûrissement des luttes qui ont conduit à la chute de ce pouvoir autoritaire en octobre 2014, à la faveur d’une insurrection populaire.

Auteure de quatre ouvrages sur le Burkina Faso, un pays dont elle était une intime connaisseuse et qu’elle aimait profondément, Lila Chouli est décédée le 25 mars 2016, à 39 ans. D’une « Chronique sur le mouvement social de 2011 » (Tahin Party, 2012), en passant par le « Boom minier au Burkina Faso » (Note de la fondation Gabriel Péri, 2014) jusqu’à son ouvrage – en cours d’édition – sur l’insurrection populaire d’octobre 2014 et cette publication, tous deux posthumes, Lila Chouli a montré qu’elle était une intellectuelle d’une immense rigueur et sans doute une des meilleures spécialistes, en France, de cette région de l’Afrique.
Nous sommes infiniment tristes de l’avoir perdue, et infiniment fiers de l’avoir connue.

Michel Maso

 

BIBLIOGRAPHIE DES TRAVAUX DE LILA CHOULI


PUBLICATIONS

1. « La domestication des étudiants du campus de Ouagadougou : Sur la crise de Juin 2008 », Journal of Higher Education in Africa, CODESRIA, vol. 7, n°3, 2009, pp. 1-28.
http://www.codesria.org/spip.php?article1194&lang=en

2. « Le néolibéralisme dans l’enseignement supérieur burkinabé », Savoir/Agir, 10, 2009, pp. 119-127. http://www.savoir-agir.org/IMG/pdf/SA10PolitChouli.pdf

3. « Contestations populaires au Burkina Faso : Le régime de Compaoré aux abois », Pambazuka News, n°183, April 2011.
http://www.pambazuka.org/fr/governance/contestations-populaires-au-burkina-faso-le-r%C3%A9gime-de-compaor%C3%A9-aux-abois

4. “‘Peoples’ Revolts in Burkina Faso” in Firoze Manji and Sokari Ekine (eds), African
Awakening. The Emerging Revolutions, Fahamu Books, Oxford, 2011, pp. 131-146.
http://fahamubooks.org/book/?GCOI=90638100375050

5. Burkina Faso 2011, Chronique d’un mouvement social, Lyon, Tahin Party, 2012, 317 p.
http://tahin-party.org/chouli.html

6. « Les mouvements sociaux et la recherche d’alternatives au Burkina Faso » in Ndongo
Samba Sylla (ed), Les mouvements sociaux en Afrique de l’Ouest, Paris, L’Harmattan &
Fondation Rosa Luxemburg, 2014, pp. 239-275.

7. Le boom minier au Burkina Faso. Témoignages des victimes de l’exploitation minière,
Paris, Fondation Gabriel Peri, 2014, 156 p.

8. « Après la révolte populaire : “Système Compaoré sans Compaoré” ? », Inprecor,
janv. 2015, n° 611, pp. 9-14.

9. « Sur l’insurrection populaire au Burkina Faso » in Ndongo Samba Sylla (dir),
Développements politiques récents en Afrique de l’Ouest, Dakar, Fondation Rosa Luxembourg
& Éditions Plume, 2015, pp. 41-56.

10. « L’insurrection populaire et la Transition au Burkina Faso », Review of African Political
Economy, 2015, Vol. 42, No. 143, pp. 148–155.

11. “The popular uprising in Burkina Faso and the Transition”, Review of African Political
Economy, 2015, Vol. 42, No. 144, pp. 325–333.


TRADUCTIONS DE L’ANGLAIS AU FRANÇAIS

1. Andy Wynne and Leo Zeilig, Popular Protests, Military Mutinies and Workers Struggles (pamphlet)

2. Peter Alexander, Luke Sinwell, Thapelo Lekgowa, Botsang Mmope and Bongani Xezwi, Marikana: a view from the mountain and a case to answer, Londres, Bookmarks Publications, 2013, 159 p.

 

 

 

Commander

Le contre-pouvoir étudiant au Burkina Faso.
  • Gabriel Péri Prix : 8.00 €
  • En stock
Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr