La Pensée n° 379

Sommaire

Libre coopération des peuples ou empire(s) financier(s) ?

  • Corse, du modèle républicain à la « région-état », par Ange Rovere
    Les revendications que portent les mouvements nationalistes en Corse ont servi de point d’appui dans l’exploration des voies possibles à un remodelage de la République Française finalisé sur la construction européenne. Aujourd’hui une étape nouvelle semble s’ouvrir que l’on se doit d’analyser en articulation avec le redéploiement du capitalisme financier car « le futur grand marché transatlantique est d’abord un projet politique ».

  • Égypte : pour une libération du peuple, par Samir Amin
    Les présidents Mubarak et Morsi ont été renversés par un immense mouvement du peuple égyptien. Mais les victoires de ce mouvement, divisé, sans projet alternatif et sans organisation, n’ont pas empêché le Haut commandement de l’Armée de conserver le contrôle du pouvoir. S’inscrivant dans l’histoire de deux siècles de succession de longues vagues d’avancées du mouvement de libération nationale et sociale de l’Égypte, l’avenir du mouvement reste ouvert tant que, comme on peut le lire sur les murs du Caire « la Révolution n’a pas changé le régime, mais elle a changé le peuple ».
  •  Francophonie : entre nouvel élan et mort lente, par Michel Guillou
    Les motifs d’inquiétude pour la francophonie et la langue française sont nombreux, la trahison des élites une réalité, mais l’espoir est permis. Après examen, l’auteur s’attache à décrire leurs nouveaux facteurs d’attractivité : le dialogue des cultures et le multilinguisme. L’objectif est de proposer les axes d’une nouvelle ambition francophone qui pourraient orienter les travaux du prochain sommet de la francophonie à Dakar en novembre 2014. L’auteur identifie des pistes d’action concrètes en réponse aux défis que la mondialisation présente aux parlants-français et dessine le coeur d’une stratégie d’actions communes pour renforcer la francophonie réelle et en faire un laboratoire du pluralisme culturel et une alliance qui compte dans le monde à venir.
  •  Le racisme en Corse, par Jean George
    Le racisme en Corse est-il plus fort que dans les autres régions françaises et a-t-il une coloration particulière ? La sociologue Marie Peretti-Ndiaye a traité cette délicate question dans un ouvrage récemment publié dont cet article rend compte. Est ainsi révélée la prégnance d’un conservatisme mêlant différents registres, « dont le point commun est la stigmatisation des “Maghrébins” sous couvert de participation au jeu démocratique […] Le racisme permet alors de combler la désarticulation du social et du politique par le biais de la naturalisation. » Bien qu’il soit en partie redevable à la forte implication des Corses dans le passé colonial français, il ne s’agit pas d’un racisme différent de celui qui ronge la France.

LE COURS DES IDÉES

  • William Thompson, l’inventeur du concept de survaleur ?, par Claude Morilhat
    Thompson (1775-1833) a joué un rôle important dans les débuts du mouvement ouvrier anglais : il était, avec Owen, l’un des dirigeants du mouvement coopératif. Il fait partie des économistes socialistes évoqués par Marx ; plus, il est même pour certains « le véritable inventeur du concept de survaleur ». L’article présente les grandes lignes de sa critique de l’économie politique avant d’envisager la pertinence de ce jugement ainsi que le silence de Marx à ce propos.
  • Les renards pâles, versant esthétique d’une philosophie postpolitique, par Laurent Etre
    En croisant le roman de Yannick Haenel, Les Renards pâles (Gallimard, 2013), avec deux essais, Renverser l’insoutenable (Seuil, 2012), d’Yves Citton, et Le maléfice de la vie à plusieurs (Bayard, 2012), d’Étienne Tassin, cet article identifie et critique les trois axes majeurs d’un certain « air du temps » qui fait écran à l’élaboration d’une alternative à la société actuelle : vision négative de tout engagement politique, approche péjorative du travail en général, rapport complexe d’attirance-répulsion pour les questions d’identité.

  • Bertrand Russell : la politique entre éthique et morale, par Yvon Quiniou
    Bertrand Russell qui, au-delà de son immense travail de logicien et de sa réflexion rationaliste sur la connaissance humaine, s’est aussi penché dans la même optique rationaliste sur les fondements normatifs de la politique – cette politique dont il a été un militant exemplaire dans le domaine de la paix, au prix de quelques conséquences désagréables dans sa propre vie. Sa conception a évolué et Yvon Quiniou se contentera donc d’analyser sa version finale, la plus achevée, que l’on trouve dans éthique et politique, qui date de 1954.

CONFRONTATIONS

  • Chine : regards croisés [suite]
  • Le développement du syndicalisme en Chine, par Zhang Wencheng
  • Un développement en lien avec l’évolution du pays, par Jean Magniadas

REVUE DES REVUES

  • Le reflet d’une époque ?  par Patrick Coulon

VIE DE LA RECHERCHE

  • Familles en débats, par Françoise Hurstel, Anne Thévenot
  • « Genre », rapports entre les sexes et christianisme (fin XXe siècle-début XXIe siècle), par Antoine Casanova

documents

  • Amérique latine : théorie du « genre » et réflexion théologique, par Silvia Regina de Lima Silva

LIVRES

  • Comptes rendus par Patrick Ribau, Lilian Gravière, Anne-Marie Roucayrol, Jean-Paul Scot, Hervé Polesi

Commander

La Pensée n° 379
  • Gabriel Péri Prix : 19.00 €
  • En stock
Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr