La pensée n° 375

Juillet/septembre 2013
Dossier : Communisme

Les aspirations à une société d’êtres humains libres, égaux et associés par le partage, dans toutes les dimensions de l’existence, les recherches par la pensée et par l’action qui s’y rattachent, sont apparues il y a longtemps. Elles ont une vie historique mouvante, complexe, évolutive. Leur connaissance constitue un chantier immense « aussi inexploré que l’Antarctique » pour reprendre une image d’Ernst Bloch dans son grand livre Le principe Espérance.
Ces questions, leurs racines, les débats et les combats qui s’y rattachent, connaissent en ce début du XXIe siècle de très profonds renouvellements. Cela dans le contexte du tournant des capacités humaines, constitutif d’une nouvelle étape de l’hominisation elle-même. Un tournant qui se réalise et se développe à travers des stratégies aux voies, aux contenus contradictoires pour les êtres humains et les peuples.
Dans un monde où les capacités matérielles et intellectuelles se transforment en profondeur, de façon diversifiée et deviennent, de manière complexe, constitutives de cette nouvelle étape de l’hominisation. Devant quelles perspectives de civilisation, et avec quel esprit des lois, pour reprendre ici le concept de Montesquieu, les êtres humains sont-ils en présence en ce début du XXIe siècle ? Guerre économique, concurrence libre et non faussée (pour évoquer l’un des dogmes majeurs de l’Union européenne), domination de la « communauté financière internationale » sur les peuples, ou associations et partages multiformes entre peuples libres, égaux et associés dans la conduite et la gestion de la planète, y compris dans leur rapport au plus haut niveau des recherches modernes et de leur mise à la disposition des peuples associés ?
(...)
Il n’existe aucune fatalité ni dans un sens ni dans l’autre. Avec le champ de possibilités ouvert par l’actuelle transformation des capacités et forces productives humaines, on pourrait (si les forces de paix et de libération l’emportent sur les forces de destruction) commencer à voir se créer les conditions de l’entrée dans une ère de l’histoire humaine qui pourrait nous faire sortir tout à la fois du capitalisme et de ces sociétés où le développement des richesses, de capacités intellectuelles neuves, et de la civilisation a été fondé sur la domination et l’exploitation.
Mais possibilité n’est pas synonyme de réalité. D’autant moins que la grande bourgeoisie du capital financier prend en compte la révolution des forces productives et l’évolution des rapports de forces pour apporter ses réponses aux défis de ce XXIe siècle.

Sommaire

Communisme

  • Communisme : une question en profond renouvellement (lire en ligne)
  • Rémy Herrera, Quel avenir pour le "socialisme du XXIe siècle ?"
  • Samir Amin, Chine 2013
  • Claude Gindin, Sur le communisme des communistes
  • Claude Morilhat, Le communisme de retour chez les philosophes
  • Gilles Cohen-Tannoudji, Le boson de Higgs, une découverte historique de portée anthropologique

Le cours des idées

  • Daniel Bachet, Frédéric Compin, De la finance au travail : finalités institutionnelles des entreprises et critères de gestion
  • Sophie Boutillier, Dimitri Uzinidis, L’entrepreneur schumpétérien

Confrontations

  • Tülay Umay, Pourquoi juger des psychotiques ?

Revue des revues

  • Patrick Coulon, Communisme : une mosaïque !

Vie de la recherche

  • Jean-Pierre Jouffroy, Braque/Picasso : renversement d’un code ?
  • Jacques Annequin, Dire l’esclavage
  • Marcelo Ridenti, Jorge Amado, la presse française et le communisme international

Documents

  • Thomas More, La société juste

Commander

La pensée n° 375
  • Gabriel Péri Prix : 19.00 €
  • En stock
Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr