La pensée n° 362

Sommaire

dossier : Roman, romans

  • Jean-Claude Lebrun, Figure de la modernité romanesque 
    Après deux décennies de mutations profondes, dans sa thématique et dans ses formes, le roman de langue française recommence de s’interroger sur son rapport avec la réalité. Engagés sur les voies de l’autobiographie, de l’autofiction ou de la déconstruction narrative, de nombreux auteurs on paru laisser de côté le travail de lecture du monde qui, depuis le 18e siècle, constituait le principal moteur de l’écriture romanesque. Ce champ du réalisme est aujourd’hui réinvesti par une nouvelle génération de romanciers, qui se sont engagés dans le sillage de Michel Houellebecq. Leurs procédures d’écriture visent à mieux dire le réel, sinon même à le transformer. Elles ouvrent un nouveau champ dans le paysage romanesque.
  • Tania Rémond-Bachénina, Le roman russe aujourd’hui 
    Depuis une vingtaine d’années, de profonds bouleversements de la société russe ont entrainé des changements dans le paysage littéraire du pays. La fin de la censure officielle permet un essor de l’édition qui fait naître un nouveau genre russe : la littérature populaire. Après quelques années de silence, les romanciers retrouvent la parole et relancent leur écriture. La méthode de chacun est différente mais on y retrouve le questionnement fondamental de la grande tradition littéraire russe.
  • Pierre Vilar, Le temps du « Quichotte » 
    Cet article du grand historien, paru dans la Pensée en 1992, montre que le livre universel de Cervantès est d’abord un livre espagnol écrit entre 1605 et 1615, en plein dans la crise décisive de la puissance et de la croissance du royaume. Pierre Vilar met en parallèle cette conjoncture d’effondrement et les aventures de Don Quichotte qu’il compare à Charlot, héros tragi-comique né lui aussi au temps d’une crise majeure.
  • Edmond Janssen, Marché de l’édition ou république des lettres ? 
    Cet article tend à décrire l’évolution de la chaîne du livre en France dans son ensemble à l’ère de l’entrée de la profession dans le numérique. Plusieurs thèmes sont abordés : le poids des monopoles de l’édition, les menaces qui pèsent sur les librairies, les projets de suppression du prix unique du livre (le cas britannique étant abordé), enfin les réponses politiques à l’arrivée du numérique.

Le cours des idées

  • Antoine Casanova, Nation(s), identité(s), histoire : quels rapports dans le monde d’aujourd’hui 
    En France, en Europe et dans le monde, des débats, des combats, des stratégies portent sur la nation et le fait national. Ils se cristallisent notamment sur les manières d’envisager l’ordre présent et à venir des rapports entre les nations à l’échelle continentale et planétaire : « gouvernance » zonale et mondiale des firmes et des grandes puissances ou coopération internationale démocratique entre nations libres, égales et associées.
  • Georg Lukács, Critique du manuel de sociologie de Boukharine 
    Cet article méconnu du jeune Lukacs, immédiatement postérieur à Histoire et conscience de classe, insiste sur deux points importants : le marxisme n’est pas réductible à une sociologie générale et les forces productives ne doivent pas être confondues avec la seule technique.
  • Jean-Claude Paye-Tülay Umay, Tarnac : annulation de la fonction du langage 
    L’affaire de Tarnac nous montre que la « guerre contre le terrorisme » est avant tout une guerre contre le langage, afin de lui substituer le règne totalitaire de la pulsion scopique et de son objet fétiche : l’image.

Confrontations

  • Claude Gindin, Être ou ne pas être embarqué 
    Le titre de cet article fait référence au livre d’Isabelle Garo à propos duquel il a été écrit, L’idéologie ou la pensée embarquée, édité en 2009. Qu’est-ce que l’idéologie ? Comment l’apport décisif de Marx sur cette question s’est-il constitué ? Comment l’idéologie néolibérale fonctionne-t-elle aujourd’hui ? Comment combattre efficacement ceux qu’elle sert et qui s’en servent ? Pour rendre compte des thèses d’Isabelle Garo et les discuter, l’article revient sur un précédent livre de celle-ci, Marx, une critique de la philosophie, édité en 2000, très éclairant, à travers la question de l’idéologie, sur tout le mouvement de la pensée de Marx.

Revue des revues

  • Patrick Coulon : Crise, capitalisme, gauche, médias, communisme...

    Vie de la recherche

  • Karima Messaoudi : Le tombeau des lucioles
  • Claire Metz : Naître sans mère ?
  • Jacques Annequin : La prohibition de l’inceste
  • Jacques Annequin : Penser l’esclavage
  • Jacques Bénézit : Un service public renouvelé
  • Laurent Frajerman : Comprendre l’échec scolaire

Documents

  • Natanya Robinowitz : Lois contre l’avortement au Mexique

Livres

Comptes rendus par Catherine Mills, Roland Weyl, Pierre Roche, Jean Broussal, Françoise Hurstel, Gérard Bras, Jocelyne George, Arnaud Spire, Arnaud Thomas, André Narritzens, René Mouriaux Résumés et abstracts

Commander

La pensée n° 362
  • Gabriel Péri Prix : 18.00 €
  • En stock
Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr