La pensée n° 361

Janvier - Mars 2010 
Dossier : De la numérisation

Sommaire

  • Jean-Jacques Goblot L’utopie en débat 
    Le texte que nous publions en hommage à son auteur, disparu en août dernier et qui fut un collaborateur éminent de notre revue, retrace l’histoire du mot utopie depuis l’époque de Thomas More jusqu’au milieu du XIXe siècle. Présentée au départ comme une fiction, l’utopie finit, aux yeux de la bourgeoisie conservatrice, par avoir partie liée avec la révolution. Pour autant, ceux qui font le choix de la révolution le font, pour une part, contre l’utopie.

    De la numérisation

  • Antoine Casanova : Pour le meilleur ou pour le pire ? 
    Les processus et les problèmes de la numérisation soulignent certains des aspects majeurs du XXIe siècle. Selon que les citoyens auront ou non la maîtrise de ces mutations des capacités humaines, celles-ci favoriseront le développement culturel des peuples ou l’exploitation commerciale des savoirs. Aucune fatalité n’existe ni dans un sens ni dans l’autre.
  • Bruno Delmas : La révolution numérique bouleverse les archives 
    Les principes de l’archivistique demeurent, mais toutes les modalités d’application sont redéfinies et repensées en fonction de ces nouvelles conditions. La forme numérique et les moyens d’accès en ligne démocratisent l’accès comme jamais et les moyens de traitement de la société de la connaissance ouvrent des espaces infinis de recherche, de découvertes et d’invention. Mais plus que jamais, on doit rester vigilant sur la fiabilité et l’intégrité des archives numériques conservées, bien plus fragiles et faciles à falsifier que les documents traditionnels, et sur le respect de la vie privée bien plus facile à violer.
  • Jean-Noël Jeanneney : La stratégie de la Bibliothèque nationale de France 
    Ancien président de la BNF entre 2005 et 2007, l’auteur confirme les thèses qu’il défendait à cette époque qui concourent à lutter contre tout monopole culturel en matière de numérisation des collections. Il avance cinq arguments – culturel, technique, juridique, moral et diplomatique – pour refuser à Google le monopole d’une organisation de l’information du monde.
  • Emile Breton : Il était une fois l’argentique 
    Le numérique est en train d’apporter dans le cinéma les plus grands bouleversements depuis son invention. Les mini caméras DV permettent une production à moindres coûts et, tenues à la main, induisent une autre façon d’enregistrer images et sons. Le tournage en studio, avec des caméras Haute Définition (HD) permet une plus grande maîtrise des effets spéciaux. Le montage se fait sur ordinateur. Les films arriveront en salles sous forme de minces galettes DVD. Pour l’instant, les salles ainsi équipées sont en minorité mais le mouvement s’accélère, et l’on a toutes raisons de craindre que l’industrie en profite davantage que l’art.
  • Arnaud Dhermy : Gallica : construction et stratégie 
    Au cœur du débat sur la souveraineté culturelle, Gallica, la bibliothèque numérique hébergée et développée par la Bibliothèque nationale de France, est avant tout un projet sans cesse remis sur le métier. Cela peut être une source d’incompréhensions de la part de son public. Il faut revenir sur les différentes phases de son évolution et tenter de détailler sa cohérence. Les points sur lesquels Gallica se développe sont autant de l’ordre de ses ressources, de son ergonomie, de sa capacité à constituer une bibliothèque collective et un portail du patrimoine culturel français, que de son modèle économique.
  • Jack Ralite : Le livre, les nouvelles technologies et Google, 
    Le sénateur de Seine-Saint-Denis montre que les faits invalident les engagements et les promesses des dirigeants de Google à propos de la numérisation du livre. Il dénonce le changement de la politique française qui favorise désormais les ambitions de la multinationale. Parce que les bibliothèques ne sont pas des banques de données, Jack Ralite préconise une pratique de responsabilité publique.

Le cours des idées

  • Juan Matas : Confits ethniques ou confits de classes en Amérique du Sud ? 
    L’irruption des populations amérindiennes sur le devant de la scène, revendiquant un traitement égalitaire, une reconnaissance de leurs spécificités culturelles et une réparation (symbolique et matérielle) des dommages subis par cinq siècles de domination est une des mutations les plus significatives en Amérique latine. Les conflits, parfois présentés comme ethniques ou « raciaux », ont aussi (et peut-être surtout) une dimension sociale.
  • Claude Morilhat : La « servitude volontaire », une idée qui persiste 
    Depuis longtemps l’idée de « servitude volontaire » hante la réflexion politique, insistante surtout lorsque toute perspective d’émancipation semble disparaître. Dans son Discours, La Boétie nous fait passer de la considération d’une énigme de nature éthico-psychologique à la prise en compte d’un mécanisme social. Or aujourd’hui il semble que nous assistions à la démarche inverse concernant la notion d’idéologie qui se voit reconduire à celle de « servitude volontaire ».

Confrontations

  • Daniel Bachet : Capitalisme financier et entreprise, liaisons dangereuses 
    La crise actuelle est le produit d’un capitalisme déréglementé qui a été mis en place par des politiques publiques au cours des années 1980-1990. Les représentants des détenteurs de capitaux se sont vus confier tous les pouvoirs pour intervenir dans les choix stratégiques des entreprises (corporate governance) afin de créer de la valeur pour l’actionnaire au détriment des salaires. Le dépassement de la situation passe par une remise en cause du libre-échange. Il suppose également de sortir de la confusion entre l’entreprise (structure productive) et la société (entité juridique) et d’assigner à l’entreprise une autre finalité que le seul profit.
  • Jean-Émile Vidal : La société féodale tibétaine (II) 
    La première partie de cette étude qui traite des régions agricoles a été publiée dans notre précédent numéro. La seconde est consacrée aux régions pastorales. L’auteur soulignait en 1959 que si le servage venait d’être partout aboli il en restait « de lourdes séquelles qui persisteront encore ».

Vie de la recherche

  • Karima Messaoudi :Patrimoine rural, racines du futur
  • Daniel Bachet : La crise du capitalisme financier vue de l’OFCE
  • Michaël Culoma : La « religion civile » entre 1789 et 1792
  • Françoise Hurstel : Le chantier de la famille dans La Pensée (1998-2009)

Documents

  • Charles Parain : Structuralisme et Histoire

Livres

Comptes rendus par Jean George, Aymeric Monville, Léonore Bazineck, René Lacroix, Jacques Couland, Yves Vargas, Catherine Mills, Jean Magniadas, Jacques Annequin, Hervé Polési, Jacques Bénézit

 

 

Commander

La pensée n° 361
  • Gabriel Péri Prix : 18.00 €
  • En stock
Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr