Rencontre autour du livre "Europe, état d'urgence"

La régression nationaliste, consecration de l'ordo-libéralisme.

Rencontre avec Bruno Odent, journaliste à l'Humanité, specialiste de l'Allemagne et des questions européennes.

Vendredi 27 janvier 2017, à 18h30
Salle Violette, au rez-de-chaussée de la Tout Essor
14, rue Scandicci - 93500 Pantin
Plan d'accès

Entrée libre. Le nombre de place étant limité, merci de vous inscrire par mail en cliquant sur le lien inscription@gabrielperi.fr 

Le projet européen est miné. Partout progressent des forces de régression nationaliste. On le mesure en France au niveau atteint par le Front national. Léthargie économique, paupérisation et creusement des inégalités nourrissent le scepticisme croissant à l’égard du projet européen. Et alimentent les succès des joueurs de flûte nationalistes. Le mal viendrait de l’incapacité à respecter les normes du « modèle » ; critères de Maastricht, « pacte de stabilité » ou engagements du « traité budgétaire » adopté en 2012. La seule solution serait donc d’étendre les capacités de contrôle et de coercition d’organismes « indépendants », protégés des vents facétieux de la démocratie. Et il serait ardemment conseillé de recourir à des gouvernements de « grande coalition », comme on le fait à Berlin, dans l’antre du « modèle ».

Funeste contresens. L’antidote brandi est un poison. L’ordolibéralisme est imprégné de logiques de compétition et de puissance. Les extrêmes-droites en radicalisent simplement les déterminismes pour en faire autant de passerelles vers leur national-libéralisme. Les résistances qui surgissent dans toute l’Europe, et singulièrement en Allemagne, contre l’austérité et la xénophobie constituent donc un combat unique, vital. Elles portent des alternatives pour un projet européen de coopération et de solidarité plus nécessaire que jamais. On
peut l’émanciper de la double tutelle du capital allemand et des marchés financiers. La dislocation de l’Europe est résistible.

 

La rencontre sera animée par Daniel Cirera, spécialiste des questions européennes, secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation.

Europe, état d'urgence. La régression nationaliste, consecration de l'ordo-libéralisme. Ed. Le Temps des Cerises, 2016, 15 € - Ouvrage présenté sur le site de l'éditeur, ici).

 


Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr