Colloque en hommage à Souleymane Bachir Diagne

La fondation Gabriel Péri était partenaire du colloque international organisé les 20, 21 et 22 décembre à l’université cheikh Anta Diop de Dakar, par l’Association sénégalaise de philosophie.

Plus d'une quarantaine d'intervenants d'Afrique, d'Europe, d'Amérique et près de 500 participants étaient réunis pour rendre un vibrant hommage au philosophe sénégalais, qui a créé le premier enseignement sur la philosophie islamique au sein de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. Célébrant une philosophie du mouvement et de l'ouverture, ses compagnons de route, collègues philosophes et professeurs, anciens élèves et proches ont donné à voir au public la richesse d'une démarche et d'une pensée qui refusent l'enfermement et recherchent la conciliation. 

Le colloque a bénéficié du soutien de l’UCAD, du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, de la Fondation Rosa Luxembourg, du Codesria, de la Fondation Gabriel Péri, de la Faculté de Droit de l’UCAD, de la Faculté de Médecine de l’UCAD, de la Pamécas et de l’Institut Français.



Argumentaire du colloque :

Après une carrière distinguée au sein du Département de Philosophie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Souleymane Bachir Diagne enseigne depuis une quinzaine d’années aux États Unis d’Amérique d’abord à la Northwestern University de Chicago puis à la Columbia University de New York.

Souleymane Bachir Diagne a développé au cours des années une œuvre philosophique multiforme et influente que ce soit à l’étranger ou au Sénégal.

Ses premiers travaux ont essentiellement porté sur l’histoire de la logique mathématique et l’algèbre de Boole avec des publications sur George Boole mais également sur des précurseurs de la logique mathématique comme Leibniz ou Descartes. Dans ce cadre, il a publié la première traduction française complète des Lois de la pensée de George Boole et a produit une biographie intellectuelle de Boole. En droite ligne de ces recherches, il a introduit l’enseignement de la logique formelle à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

À coté de ces premiers travaux de logique, Souleymane Bachir Diagne a développé deux autres axes de recherches qui chacun a donné un certain nombre de publications importantes et que l’on pourrait classer –de manière quelque peu impropre mais cependant éclairante– dans ce que les Américains nomment les area studies. Le premier axe est celui de la philosophie en terre d’islam qui a généré une série d’articles et un livre consacrés notamment au philosophe pakistanais Muhammad Iqbal et a culminé avec son essai Comment philosopher en Islam. Le second axe de recherche se déploie autour des débats sur la philosophie en Afrique noire et a également produit une série d’articles et de livres dont les plus influents sont Léopold Sédar Senghor, l’art africain comme philosophie et L’encre des savants. Réflexions sur la philosophie en Afrique. Une fusion de ces deux axes de recherches a été opérée par Souleymane Bachir Diagne dans son livre Bergson postcolonial. L’élan vital dans la pensée de Léopold Sédar Senghor et Muhammad Iqbal en démontrant que la philosophie de Bergson est le véritable pont reliant Iqbal et Senghor.

En concomitance de cette œuvre proprement philosophique, Diagne a participé à l’élaboration de politiques concrètes notamment en sa qualité de conseiller de Abdou Diouf, Président de la République du Sénégal. Il a en conséquence développé une pensée prospective qui s’est articulée autour de celle du philosophe et prospectiviste franco-sénégalais Gaston Berger et qui lui a permis de proposer une intéressante analyse du développement économique et de son rapport au temps et à la tradition. Diagne a d’ailleurs coordonné dans ce cadre le livre : Gaston Berger : introduction à une philosophie de l’avenir aux Nouvelles Éditions Africaines du Sénégal, coédité avec Heinz Kimmerle le livre : Temps et développement dans la pensée de l’Afrique subsaharienne et a publié un certain nombre d’articles sur le temps du développement, la dialectique tradition/modernité....

Malgré son éloignement, Souleymane Bachir Diagne avait jusqu’à présent été également rattaché à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. À l’occasion de son récent départ à la retraite de cette Institution et pour rendre hommage à son membre le plus éminent, la SOSEPHI organise les 20, 21 et 22 décembre 2017 une conférence internationale consacrée à son œuvre.


Thèmes : 

Les contributions ont porté sur les thèmes suivants, étudiés à partir des écrits de Souleymane Bachir Diagne :

  1. L’algèbre de la logique de Boole, ses précurseurs et ses rapports avec la postérité que ce soit en informatique ou en logique formelle.

  2. La question de l’universalité de l’activité philosophique et les débats autour d’une spécificité de la pensée africaine.

  3. Le renouveau de la pensée islamique.

  4. L’interaction entre les sciences et la philosophie moderne et les théologie et philosophie islamiques.

  5. Tradition, modernité et prospective.  

  6. La question de la traduction et de l’interculturalité.

 

Les vidéos sont disponibles en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=9svvs1yuD5E&list=PLqPelZfvb2s4rhSJlU_lot0MERlMf4f-H

Ainsi que le programme détaillé : https://drive.google.com/file/d/1l9rU0CyoxOJZjuvVvBanTnbDTlH_vo_b/view

 


Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr