La réforme agraire en Afrique australe

Séance du mercredi 19 novembre 2008 à la Fondation Gabriel Péri.

La destruction des agricultures paysannes africaines depuis la colonisation, au profit de la concentration des terres entre les mains des minorités blanches, l’apartheid et l’insertion des pays africains dans la mondialisation ont fait de la réforme agraire en Afrique australe une nécessité pour le développement et une revendication fondamentale des luttes sociales. Celle-ci a été engagée de façon différente au Zimbabwe, en Afrique du Sud ou en Namibie. Dans le premier cas, la réforme s’est réalisée dans la précipitation et le chaos, alors que dans les deux autres, la transition plus ancienne a été structurée.

Pour autant, la plupart des politiques de réforme agraire tardent à porter leur fruit, appelant à questionner leur impact sur la condition paysanne. Les petits exploitants en tirent-ils profit ? Ces réformes visent-elle le renforcement de l’agriculture vivrière et de subsistance ? Quelle place est réservée aux organisations de producteurs dans l’élaboration de ces politiques ?

Avec :

  • Mamadou Dansokho, économiste, professeur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, membre fondateur du CRES (Consortium de recherches économiques et sociales) de Dakar ;
  • Tendai Murisa, chercheur à l’Institut africain des études agraires du Zimbabwe (AIAS).

Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr