LE BURKINA FASO : DE LA CONTESTATION À LA RÉVOLUTION ?

Rencontre du mardi 28 juin 2011 avec

  • Dragoss Ouédraogo, cinéaste, chargé de cours (Anthropologie visuelle) à l’Université Victor Segalen – Bordeaux 2,
  • Lazare Ki-Zerbo, Secrétaire exécutif du Comité international Joseph Ki-Zerbo
  • Moumouni Derra, Union Générale des Etudiants Burkinabè (UGEB), en liaison vidéo.
  • Nacanabo Sagado, secrétaire confédéral chargé de l’Organisation et de l’Information, CGT-B, en liaison vidéo.

Depuis le début de l’année 2011, le Burkina Faso connaît une vague de contestations qui fait voler en éclat son image de pays stable. Une révolte des jeunes étudiants et lycéens contre les exactions et l’impunité des forces de police a vu le jour après la mort d’un collégien dans des conditions suspectes. Des mouvements populaires ont pris pour cibles les institutions et les symboles du pouvoir en place, alors que des mutineries se sont multipliées provoquant la chute du gouvernement et contraignant le président à quitter son palais présidentiel.

Cette situation est le signe d’une conjonction de crises à la fois politique, démocratique, sociale et économique qui créé un moment inédit dans l’histoire du pays. Les revendications pour les droits humains et politiques s’articulent de façon décisive aux revendications sociales et économiques. De nouvelles perspectives s’ouvrent pour les mouvements sociaux bien décidés à exiger un nouveau contrat démocratique pour exercer de façon effective la souveraineté populaire.

La fondation Gabriel Péri ouvre le débat et invite quatre intervenants à exposer leur analyse sur la situation qui prévaut actuellement au Burkina Faso.


Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr