Qu’est-ce que la servitude formelle ? Une analyse de notre soumission au discours scientifique, technique et marchand

Le mercredi 9 octobre 2013, dans le cadre du séminaire "Comment réinvestir la notion de progrès ?", la fondation recevait

Dominique Jacques Roth, psychanalyste [1] (Strasbourg),

qui est intervenu sur le thème Qu’est-ce que la servitude formelle ? Une analyse de notre soumission au discours scientifique, technique et marchand

La vidéo de sa conférence est en ligne.

"La généalogie du progrès que Dominique J. Roth met en lumière part de l’idée que le néolibéralisme plonge ses racines dans une constante anthropologique. Cette constante est apparue avec Pythagore pour qui tout est arrangé d’après les nombres avant que Descartes ne libère la rationalité scientifique du sujet de la connaissance.

C’est ce phénomène qui exige notre soumission à un mode d’élaboration auquel la science ne saurait se soustraire, que D. Roth appelle "servitude formelle" assujettie à aucun autre dessein que ce qui la cause : la servitude formelle exige notre soumission à la forme qui l’institue. Il considère que nous sommes arrivés à un moment de l’histoire où le monde s‘éprouve sous un voile qu’il importe de lever pour faire apparaître à quel point l’humain est assujetti au discours scientifique, technique et marchand et à l’emploi de signifiants un peu trop faciles - comme par exemple le mot "croissance" - quand l’utopie d’un progrès sans fin cherche par tous les moyens à nier le monde réel où intervient la question de la limite…"

[1] Dernières publications :
Économie et psychanalyse. Le progrès en question. Chez L’Harmattan. 2011
Critique du discours STM (scientifique, technique et marchand). Essai sur la servitude formelle. Chez Erès. 2012


Consultez le média associé

Conférence de Dominique Jacques Roth

Conférence de Dominique Jacques Roth

Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr