Les enjeux idéologiques et scientifiques des diverses théories sur les crises capitalistes

La troisième et dernière séance du séminaire, qui a eu lieu le samedi 5 avril 2014, 

avec Paul Boccara, économiste, maître de conférences honoraire.

Discutants :
Pascal Petit, directeur de recherche émérite, université de Paris 13,
et Gilles Rasselet, professeur de sciences économiques à l’université de Reims-Champagne Ardenne.

était consacrée aux débats sur les 3e et 4e parties de l’ouvrage de Paul Boccara Théories sur les crises, la suraccumulation et la dévalorisation du capital, Delga, 2013.

La dévalorisation de capital, sa négation illusoire, les leçons pour une autre régulation sans crises catastrophiques.

La dévalorisation du capital. Des crises de moyenne période à leurs issues

I. Théories unilatérales de la dévalorisation du capital et mouvements cycliques de moyenne période

1. Destruction de capital et consommation dite improductive
Chapitre1. Malthus, destruction de capital et travaux publics ou consommation des salariés improductifs
Chapitre 2. Sismondi, destruction de capital et chômage
Chapitre 3. Bouniatian, destruction de capital, décapitalisation et baisse des prix de revient
Chapitre 4. Myrdal, destruction de capital investi et réduction de capital potentiel ou épargne avec consommation hors production.

2. Dépréciation ou diminution de l’utilisation des capitaux, accroissement de la productivité et réduction de salaire
Chapitre 1. Ricardo : baisse des salaires et progrès de la productivité, baisse de valeur des machines.
Chapitre 2. Hayek : destruction et baisse de valeur du capital, inventions et relèvement du rendement du capital.
Chapitre 3. Pigou : thésaurisation et baisse des taux de salaires, inventions et nouveaux débouchés

II. Vers un dépassement des analyses unilatérales de la dévalorisation de capital

1. Tentatives de dépassement plus ou moins éclectiques des classiques à Keynes.
Chapitre1. John Stuart Mill : destruction et consommation improductive de capital mais aussi inventions et baisse des salaires.
Chapitre 2. Schumpeter : disparition et destruction de capital ou encore innovations techniques et baisse des coûts mais pour rétablir l’équilibre.
Chapitre 3. Myrdal : efforts de dépassement de la destruction et de la consommation improductive de capital par le progrès technique et la baisse du coût relevant l’investissement
Chapitre 4. Keynes : réduction multiforme des capitaux, désinvestissement, thésaurisation, consommation improductive, restauration de l’efficacité du capital, lacunes sur l’élévation de la productivité

2. Tentatives marxistes de dépassement....
Chapitre 1. Dévalorisation du capital chez Hilferding et tentative dualiste de dépassement des analyses unilatérales
Chapitre 2. Vers un schéma dialectique marxien et néo-marxiste de la dévalorisation du capital

Du rejet de la nécessité dans le capitalisme des crises de suraccumulation et dévalorisation de capital à sa critique

Chapitre unique. Finn Kydland et Edward Prescott, la théorie du cycle des affaires réel. Portée et critiques. Implications des critiques pour les leçons des théories de la suraccumulation et de la dévalorisation

Conclusion et bilan

Bilan et enseignements des théories. Leurs apports possibles pour une autre régulation systémique.


Consultez les média associés (3)

Conférence de Paul Boccara, 5 avril 2014

Conférence de Paul Boccara, 5 avril 2014

Conférence de Gilles Rasselet

Conférence de Gilles Rasselet

Conférence de Pascal Petit

Conférence de Pascal Petit

Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr