Peut-on parler de crimes de masse et de génocides pendant la colonisation Française ?

Dans le cadre de la Semaine anticoloniale, la fondation accueillait deux tables rondes le mercredi 7 mars 2012 :

Table ronde n°1 :
Peut-on parler de crimes de masse et de génocides pendant la colonisation française ?

Pour sortir du déni des crimes coloniaux qui a mené à la loi de 2005, nous pensons qu’il est temps de revenir sur ce passé douloureux. D’autant plus qu’un pan entier de ces violences coloniales est ignoré de beaucoup, surtout de la jeunesse. Cette ignorance a pu conforter certains dans l’idée « d’une expansion coloniale civilisatrice », forcement positive. Il n’est pas question ici de repentance, mais de lever les tabous.

Intervenante : Augusta Epanya, ( Responsable de l’Union des populations du Cameroun (UPC)

Table ronde n°2 :
Féminicide en côte d’Ivoire

A la veille de la journée internationale de la femme, il nous a semblé pertinent d’engager une réflexion sur les violences subies par les femmes ivoiriennes (celles qui leur sont spécifiquement réservées), depuis le coup d’état manqué de 2002 jusqu’aux interventions militaires de l’ONUCI et de l’armée française de 2011.

Intervenante : Lucie Bourtheumieux (Avocate)

Organisatrices : Fatou Mahine et Mathilde Thepault.
Structure organisatrice : Halte aux Génocides - mémoire et justice (membre de La Plateforme Panafricaine).


Fondation Gabriel Péri - Tour Essor, 14 rue Scandicci, 93500 Pantin - France / T +33 (0)1 41 83 88 50 - F +33 (0)1 41 83 88 59 - e-mail : fondation@gabrielperi.fr